LettreHenri Poincaré à eugénie Poincaré - 28 février 1874

28 février 1874

Ma bonne mère,

J’ai piqué 20 tout à l’heure chez Lemoine1. Petitdidier avait piqué 20 la 1ère fois chez Bresse2 ; mais il a eu hier une note qu’il prétend être un 13 ; il est vrai que le 1er jour il croyait avoir 17. Debray a eu 14,5 et 18,5. J’ai eu 16 en manipul et Petitdidier 15. On dit que Badoureau vient de piquer 19,50. Dans ce cas il serait complètement coulé.

J’ai passé mon après midi mercredi avec M. Garnier3 ; je dois déjeuner demain avec lui et dîner chez Mme Valette.

Élie4 n’est pas enchanté de ses exams. Il a eu 16 en Astro et 15 en Ana. Il lui reste la physique qui est sa partie faible. Octave5 n’a pas l’air très content non plus.

Henri.

 


  1. Il s’agit de la note d’une colle de chimie.

  2. Jacques Antoine Charles Bresse

  3. Dans ses lettres de jeunesse Poincaré cite à plusieurs reprises le nom de Garnier mais il semble s’agir de plusieurs personnes, probablement trois. Dans certains cas, comme dans cette lettre, il semble faire référence à un ami de la famille déjà assez âgé, proche des familles Vallet, Olleris et Rambaud. Dans le second cas, il s’agit d’un étudiant – le fils du premier ? – qui venait de passer son baccalauréat à Paris et qui avait été admissible à un concours, sans qu’il soit possible de savoir s’il s’agissait de celui de l’École polytechnique. Il pourrait alors s’agir de Marie Louis Alexandre Garnier qui intégrera l’École polytechnique en 1874 [Registres des étudiants de l’École polytechnique 2016]. Rien ne permet cependant de l’affirmer et cela pourrait également être un ami nancéien parti passer son baccalauréat à Paris au lycée Louis-le-Grand. Une allusion dans une lettre conforterait cette seconde hypothèse : ce Garnier semblait connaître le cousin de Poincaré, Roger Berment, qui était élève dans ce lycée et qui devait d’ailleurs louper son baccalauréat au printemps 1874. Enfin, à plusieurs reprises, Poincaré mentionne un « Garnier (de l’opéra) », qui semble être Charles Garnier, architecte de l’Opéra de Paris, actuel opéra Garnier.

  4. Élie Rinck.

  5. Octave Barré.

Titre (dcterms:title)

Henri Poincaré à eugénie Poincaré - 28 février 1874

Incipit (ahpo:incipit)

J'ai piqué 20 tout à l'heure chez Lemoine.

Date (ahpo:writingDate)

1874-02-28

Expéditeur (ahpo:sentBy)

Destinataire (ahpo:sentTo)

Identifiant (dcterms:identifier)

L1874-02-28-HP_EP

Lieu (ahpo:writtenAt)

Paris

Sujet (dcterms:subject)

(fr) Colles et examens (polytechnique)  ;
(fr) Classement des élèves  ;
(fr) Examens intermédiaires et finaux  ;
(fr) Visites familiales et amicales

Chapitre (ahpo:publishedIn)

Lieu d’archivage (ahpo:archivedAt)

Type (ahpo:documentType)

(fr) Lettre autographe signée

Section (dans le livre) (ahpo:sectionNumber)

2

Droits (ahpo:rightsHolder)

Archives Henri Poincaré

Nombre de pages (ahpo:numberOfPages)

1

Mots d'argot polytechnicien cités (ahpo:citeArgot)

Noms cités dans l'apparat (ahpo:citeApparatName)

Mots d'argot polytechnicien cités dans l'apparat (ahpo:citeApparatArgot)

Références Bibliographiques citées dans l'apparat (ahpo:citeApparatBiblio)

Numéro (ahpo:letterNumber)

039

Éditeur (dcterms:publisher)

Laurent Rollet

Licence (dcterms:license)

« Henri Poincaré à eugénie Poincaré - 28 février 1874 ». La Correspondance De Jeunesse d’Henri Poincaré : Les années De Formation, De l’École Polytechnique à l’École Des Mines (1873-1878). Archives Henri Poincaré, s. d., Archives Henri Poincaré, s. d, La correspondance d'Henri Poincaré, accessed 15 July 2020, http://henripoincare.fr/s/correspondance/item/13000

Scan