LettreHenri Poincaré à Eugénie Poincaré - mai 1875

[Mai 1875]

Ma chère maman,

Avant-hier il y avait prolonge ; j’ai été dîner chez Madame Vallet avec les Olleris, les Brunement, Mme Malgaigne1 M , Mme Lefort, et M. Lefort2 qui a été d’une amabilité inaccoutumée. Nous avons été à l’Odéon le soir, nous avons vu la dernière pièce, Un drame sous Philippe II3, qui n’est pas très remarquable à aucun point de vue. Hier je parie que tu ne devines pas ce que j’ai fait. J’ai vu un vieux château, trois statues magnifiques avec des ornements d’église et des vases de pharmacie du temps de Louis XIV.

La liline est autorisée à me faire des questions.

1. Le Bestimmungwort ne faisait pas partie de la Grüßsatze4.

2. Es gibt wahrscheinlich irgendein Irrthum. Der Mann5 a fabriqué des choses qui servent à fabriquer le sel et peut être le sel lui-même.

Le G ne demeure pas chez nous au salon ; il ne reposait pas sur le plancher ; du moins le G ddMgh. Il n’en est pas de même du G que je t’ai donné à deviner et dont tu t’inquiètes moins que de l’autre.

Les deux G était dans la partie de la chambre wo der Clavier war, wenn man das Zimmer durch eine Linie vertheilt die aus dem Mitten der beiden Fenster abreist6.

Frage

1. Warum hast du nicht mir für die Photographien der Colonne geantwortet7.

2. Les instruments des sénateurs sont-ils des armes, sont-ils en métal, en bois, en terre.

3. Supposes-tu qu’ils ont tué Romulus. Est-ce cette action ou une partie derselben qui a bestimmt8.

4. Le C dans le 3e event se trouvait-il dans la poudre.

5. Se trouvait-il mélangé à qq chose [quelque chose].

 


  1. Il est question ici de Françoise Malgaigne , née Pommier. Fille d’un carrossier de l’université, dotée d’une solide dot, elle avait épousé le chirurgien Joseph-François Malgaigne en 1843. Ce dernier, né à Charmes dans les Vosges.

  2. Léon Le Fort  – ou Lefort – était le gendre de Joseph-François Malgaigne, dont il avait été élève à la Faculté de médecine de Paris. Il avait épousé une de ses filles Alice-Eugénie (1844-1898) en 1865. Professeur agrégé de médecine à Paris, il fut un chirurgien influent et exerça dans plusieurs hôpitaux parisiens. En 1893, il devait être élu membre de l’Académie de médecine. Voir son dossier de Légion d’honneur aux archives nationales (LH/1552/33).

  3. Un drame sous Philippe II était une pièce en quatre actes et en vers de Georges de Porto-Riche (1839-1930). Elle avait été créée au Théâtre de l’Odéon le 14 avril 1875 où elle avait été représentée à une trentaine de reprises.

  4. Traduction de l’allemand : « Le mot déterminant ne faisait pas partie de la phrase de salutation. »

  5. Traduction de l’allemand : « Il y a probablement une erreur quelque part. L’homme […] »

  6. Traduction de l’allemand : « Les deux G était dans la partie de la chambre où il y avait le piano, si l’on sépare la chambre par une ligne qui part au milieu entre les deux fenêtres. »

  7. Traduction de l’allemand : « 1. Pourquoi ne m’as-tu pas répondu pour les photographies de la colonne. »

  8. Traduction de l’allemand : « Est-ce cette action ou une partie de celle-ci qui a déterminé. »

Titre (dcterms:title)

Henri Poincaré à Eugénie Poincaré - mai 1875

Incipit (ahpo:incipit)

Avant-hier il y avait prolonge; j'ai été dîner chez Madame Vallet

Date (ahpo:writingDate)

1875-05

Expéditeur (ahpo:sentBy)

Destinataire (ahpo:sentTo)

Identifiant (dcterms:identifier)

L0167

Adresse (ahpo:destinationAddress)

Lieu (ahpo:writtenAt)

Sujet (dcterms:subject)

(fr) Jeux littéraires  ;
(fr) Visites familiales et amicales

Chapitre (ahpo:publishedIn)

Lieu d’archivage (ahpo:archivedAt)

Type (ahpo:documentType)

(fr) Lettre autographe

Section (dans le livre) (ahpo:sectionNumber)

3

Droits (ahpo:rightsHolder)

Archives Henri Poincaré

Nombre de pages (ahpo:numberOfPages)

2

Mots d'argot polytechnicien cités (ahpo:citeArgot)

Noms cités dans l'apparat (ahpo:citeApparatName)

Numéro (ahpo:letterNumber)

167

Langue (ahpo:language)

fr

Oeuvres citées (ahpo:citeOEuvre)

Éditeur (dcterms:publisher)

Laurent Rollet

Licence (dcterms:license)

« Henri Poincaré à Eugénie Poincaré - Mai 1875 ». La Correspondance De Jeunesse d’Henri Poincaré : Les années De Formation, De l’École Polytechnique à l’École Des Mines (1873-1878). Archives Henri Poincaré, s. d., Archives Henri Poincaré, s. d, La correspondance d'Henri Poincaré, accessed 15 July 2020, http://henripoincare.fr/s/correspondance/item/13523

Scan