LettreHenri Poincaré à Eugénie Poincaré - décembre 1874

[Décembre 1874]

Ma chère maman,

Nous avons enfin eu hier une prolonge ce qu’on annonçait depuis je ne sais combien de temps tous les jours de sortie. J’ai été aux Français avec Gonzalve1. On jouait le duc Job2. C’est tout à fait épatant.

J’étais d’abord allé chez Madame Rinck ; je me suis promené avec Élie3 sur les bouls où j’ai rencontré des amphis d’X. il faisait un vent V. Octave4 est venu dîner le soir.

Nous avons eu le matin une revue du géné dans les salles, il a été laïusser aux conscrits sur ses propriétés du Lot et garonne. Nous nous sommes dévissés à lui, nous deux Bonnefoy après ce laïus à travers le binet de service. Il était de très bonne humeur et le colo aussi. Je me suis dévissé de chez madame Rinck vers 7 h ¼ ; arrivé au Palais Royal, j’ai encore attendu Gonzalve un instant et enfin arrivés sur la porte, nous trouvons deux conscrits qui nous disent qu’ils sont rats, qu’il n’y a plus qu’une première loge ; à nous quatre nous prenons la loge ; nous arrivons comme la première pièce était déjà commencée. C’est Tabarin5. C’est d’ailleurs assez nul ; en deux actes et en vers, mais il y a un rôle pour Coquelin6 qui est épatant.

Mais le duc Job est très chic. Got7 faisait le duc, Talbot8 son oncle qui avait la goutte et qui lui donnait du Sauterne, Reichenberg9 faisait Emma. Got a été surtout épatant.

 


  1. Gonzalve Olleris.

  2. Le duc Job était une comédie en quatre actes du dramaturge Léon Laya (1811-1872) [L. Laya 1860]. Elle avait été créée le 4 novembre 1859 à la Comédie Française. Son grand succès lui avait valu d’être reprise de nombreuses fois, comme ce fut le cas en juillet 1874.

  3. Élie Rinck.

  4. Octave Barré.

  5. Tabarin était une comédie en deux actes écrite et mise en scène par le dramaturge et librettiste Paul Ferrier (1843-1920). Cette pièce avait été créée à la Comédie Française le 15 juin 1874. Cet auteur connaissait un certain succès depuis 1873 et la création de deux pièces populaires, Chez l’avocat et L’incendie de Massoulard.

  6. Tabarin était en fait joué par les frères Coquelin : Ernest Coquelin (1848-1909) tenait le rôle de Fripesauce et Constant Coquelin (1841-1909) le rôle titre de Tabarin. Constant Coquelin, souvent appelé Coquelin aîné pour le distinguer de son frère, était l’un des comédiens les plus célèbres de l’époque. C’était d’ailleurs lui qui devait créer en 1897 le personnage de Cyrano de Bergerac dans la pièce d’Edmond Rostand.

  7. Le comédien Edmond Got (1822-1901) avait fait l’essentiel de sa carrière au sein de la Comédie Française, dont il était devenu sociétaire en 1850 et doyen en 1873. Il bénéficiait d’une célébrité qui allait jusqu’en Angleterre.

  8. Denis-Stanislas Montalant dit Talbot (1824-1904) était entré à la Comédie Française en 1859. Il s’était fait surtout remarquer pour ses rôles dans le répertoire de Molière et de Beaumarchais.

  9. Suzanne Reichenberg était sociétaire de la Comédie Française depuis 1873. Elle devait se faire une spécialité des rôles d’ingénues.

Titre (dcterms:title)

Henri Poincaré à Eugénie Poincaré - décembre 1874

Incipit (ahpo:incipit)

Nous avons enfin eu hier une prolonge ...

Date (ahpo:writingDate)

1874-12

Expéditeur (ahpo:sentBy)

Destinataire (ahpo:sentTo)

Identifiant (dcterms:identifier)

L0105

Adresse (ahpo:destinationAddress)

Lieu (ahpo:writtenAt)

Sujet (dcterms:subject)

(fr) Affaires diverses (polytechnique)  ;
(fr) Visites familiales et amicales  ;
(fr) Théâtre et opéra

Chapitre (ahpo:publishedIn)

Lieu d’archivage (ahpo:archivedAt)

Type (ahpo:documentType)

(fr) Lettre autographe

Section (dans le livre) (ahpo:sectionNumber)

1

Droits (ahpo:rightsHolder)

Archives Henri Poincaré

Nombre de pages (ahpo:numberOfPages)

2

Mots d'argot polytechnicien cités (ahpo:citeArgot)

Noms cités dans l'apparat (ahpo:citeApparatName)

Numéro (ahpo:letterNumber)

105

Langue (ahpo:language)

fr

Oeuvres citées (ahpo:citeOEuvre)

Éditeur (dcterms:publisher)

Laurent Rollet

Licence (dcterms:license)

« Henri Poincaré à Eugénie Poincaré - décembre 1874 ». La Correspondance De Jeunesse d’Henri Poincaré : Les années De Formation, De l’École Polytechnique à l’École Des Mines (1873-1878). Archives Henri Poincaré, s. d., Archives Henri Poincaré, s. d, La correspondance d'Henri Poincaré, accessed 23 September 2020, http://henripoincare.fr/s/correspondance/item/13839

Scan