LettreHenri Poincaré à Eugénie Poincaré - février 1878

[Février 1878]

M_______

Je n’ai pas pour Dlle d’honneur Mlle Camille mais Mlle Jeanne Trois-Étoiles1 qui demeure à 40 kilomètres sur la ligne de l’Aigle2 et que je n’ai pas encore vue.

Samedi soirée chez Me Mouzin. J’y ai vu Me Pierson avec laquelle j’ai coconné3 tout de suite mais que je ne reconnaissais pas du tout ; je n’ai su qui c’était qu’à la fin de la soirée. Il y avait C’était un bal costumé ; il y avait une turque, une chinoise, une albanaise (Mlle Mouzin), une Charlotte Corday, une italienne, une pêcheuse de crevettes, une arlequine (Mlle Houdin), une bouquetière (Mlle Jeanne Dietz) et différents fantaisistes. J’ai dansé le cotillon avec la bouquetière.

Hier déj. [déjeuner] chez Me Bompard avec M. Poriquet rural et Me Poriquet qui ne vaut ni 17 ni 5 mais bien 124. Je regrette bien de ne pas avoir vu sa sœur.

De là chez Me Dorvault5 où on prépare les listes d’ordre de voiture et de cortège et de tables. M. Dorvault a agité de nouveau la question des musiciens et du clergé. Élie6 a dit en sortant que son beau-père serait un bon type à mettre dans un vaudeville. Je suis dans les meilleurs termes avec ledit M. Dorvault qui porte chez lui la calotte traditionnelle des pharmaciens7.

 


  1. Il s’agit d’une référence à Jeanne Londeau, la demoiselle d’honneur dont il question dans la lettre 294. Peut-être était-elle la fille d’un général (trois étoiles) ? D’où cette plaisanterie.

  2. La ligne ferroviaire de l’Aigle (ou Laigle) traversait le département de l’Orne et desservait plusieurs petites villes : Tourouvre, Bellême, Mamers, etc.

  3. Coconner : sympathiser.

  4. Poincaré évoque ici sans doute l’homme politique Charles-Paul-Eugène Poriquet. Son épouse Anne Clémence était née Colin.

  5. Louise Clotilde Dorvault, la mère de l’épouse d’Élie Rinck (Clotilde Dorvault).

  6. Élie Rinck.

  7. Poincaré venait lui-même d’une famille de pharmaciens.

Titre (dcterms:title)

Henri Poincaré à Eugénie Poincaré - février 1878

Incipit (ahpo:incipit)

Je n'ai pas pour Dlle d'honneur Mlle Camille ...

Date (ahpo:writingDate)

1878-02

Expéditeur (ahpo:sentBy)

Destinataire (ahpo:sentTo)

Identifiant (dcterms:identifier)

L0292

Adresse (ahpo:destinationAddress)

Lieu (ahpo:writtenAt)

Sujet (dcterms:subject)

(fr) Mariage d’Élie Rinck  ;
(fr) Visites familiales et amicales

Chapitre (ahpo:publishedIn)

Lieu d’archivage (ahpo:archivedAt)

Type (ahpo:documentType)

(fr) Lettre autographe

Section (dans le livre) (ahpo:sectionNumber)

6

Droits (ahpo:rightsHolder)

Archives Henri Poincaré

Nombre de pages (ahpo:numberOfPages)

2

Mots d'argot polytechnicien cités (ahpo:citeArgot)

Numéro (ahpo:letterNumber)

292

Langue (ahpo:language)

fr

Éditeur (dcterms:publisher)

Laurent Rollet

Licence (dcterms:license)

« Henri Poincaré à Eugénie Poincaré - février 1878 ». La Correspondance De Jeunesse d’Henri Poincaré : Les années De Formation, De l’École Polytechnique à l’École Des Mines (1873-1878). Archives Henri Poincaré, s. d., Archives Henri Poincaré, s. d, La correspondance d'Henri Poincaré, accessed 10 August 2020, http://henripoincare.fr/s/correspondance/item/13943

Scan