LettreHenri Poincaré à Eugénie Poincaré - mars 1878

[Mars 18781]

J’arrive de Vincennes où étaient avec moi Bonnef [Bonnefoy], Lallem [Lallemand] et 15 ou 16 autres s-lieut [sous-lieutenant]. Nous avons d’ab. [d’abord] vu un capitaine qui nous a dem. [demandé] si nous étions célib. [célibataires], combien nous avions d’enfants, de blessures de campagnes, de médailles militaires. Puis après un commandant nous a parlé du stage. Moi je lui ai dit que je ne pourrais le faire ni au moment des grandes manœuvres prochaines (7bre ni au momt des écoles à feu juin) mais que je le ferais probablt [probablement] au moment de 9bre ou Xbre [novembre ou décembre]2. Alors il m’a dit que ça pr s’arranger com çà [ça pourrait s’arranger comme çà] et qu’il m’engage à retourner 8 jours aux écoles à feu l’année prochaine.

Hier j’ai été chez M. Boutroux. Je l’ai trouvé en Cie d’un M. qui va passer sa thèse en philosophie et q j. [qui joue] très bien du piano. Ensuite nous av. [avons] été ensemble chez M. Ravaisson3 où n sommes restés plus d’une heure.

 


  1. La lettre commence par quelques lignes, visiblement écrites par la sœur de Poincaré : « Je t’envoie la lettre du [toutouron ?] qui était accompagnée de 2 grandes pages pour mon usage personnel. Il est bien gentil. Après-demain la réception Riemann et l’après-midi Collin. » Riemann était professeur d’allemand au lycée de Nancy : il avait donné des cours particulier à Poincaré et à sa sœur. Blanche Collin était une amie intime d’Aline Boutroux.

  2. Ce passage fait référence aux obligations militaires auxquelles Poincaré était assujeti en tant qu’officier et ancien élève de l’École polytechnique. En décembre 1877, il avait été nommé sous-lieutenant au 20e régiment d’artillerie de Verdun puis en juin 1879 sous-lieutenant en second de réserve au 37° régiment d’artillerie. Par la suite, au cours de sa carrière, Poincaré devait être affecté dans différents régiments d’artillerie territoriale jusqu’à atteindre le grade de chef d’escadron en 1894. Il devait être rayé des cadres militaires en novembre 1898. Ces responsabilités militaires se traduisaient surtout par des inspections et des stages réguliers, notamment à l’occasion des grandes manœuvres. Ainsi, en octobre 1878, un rapport d’inspection mentionne que Poincaré était alors doté d’une bonne constitution physique, qu’il ne savait pas monter à cheval et qu’il fallait l’encourager pour faire son stage dans l’artillerie. Il devait faire ce stage quelques jours plus tard, en octobre-novembre, à Verdun. L’année suivante, un second rapport d’inspection le décrivait comme un officier de constitution faible et de santé « débile » (faible), à l’instruction militaire et administrative très incomplètes. En 1886, on saluait ses bons sentiments, ses mœurs exemplaires et ses compétences scientifiques tout en regrettant « sa forme timide dans le commandement ». Pour plus de détails, voir le dossier militaire de Poincaré conservé au Service historique de l’Armée de terre à Vincennes (cote YH254).

  3. Poincaré évoque ici le philosophe Félix Ravaisson.  On ne connaît pas l’état des relations entre Poincaré et Ravaisson mais on sait, par Paul Valéry, que le mathématicien assista aux obsèques du philosophe en 1900 ; voir sur ce point ses Cahiers [P. Valéry 1987-1990, p. 337].

Titre (dcterms:title)

Henri Poincaré à Eugénie Poincaré - mars 1878

Incipit (ahpo:incipit)

J'arrive de Vincennes où étaient avec moi Bonnef. Lallem et 15 ou 16 autres s. lieut.

Date (ahpo:writingDate)

1878-03

Expéditeur (ahpo:sentBy)

Destinataire (ahpo:sentTo)

Identifiant (dcterms:identifier)

L0295

Adresse (ahpo:destinationAddress)

Lieu (ahpo:writtenAt)

Sujet (dcterms:subject)

(fr) Visites familiales et amicales

Chapitre (ahpo:publishedIn)

Lieu d’archivage (ahpo:archivedAt)

Type (ahpo:documentType)

(fr) Lettre autographe

Section (dans le livre) (ahpo:sectionNumber)

6

Droits (ahpo:rightsHolder)

Archives Henri Poincaré

Nombre de pages (ahpo:numberOfPages)

1

Transcription de (bibo:transcriptOf)

Noms cités (ahpo:citeName)

Noms cités dans l'apparat (ahpo:citeApparatName)

Références Bibliographiques citées dans l'apparat (ahpo:citeApparatBiblio)

Numéro (ahpo:letterNumber)

295

Langue (ahpo:language)

fr

Éditeur (dcterms:publisher)

Laurent Rollet

Licence (dcterms:license)

« Henri Poincaré à Eugénie Poincaré - Mars 1878 ». La Correspondance De Jeunesse d’Henri Poincaré : Les années De Formation, De l’École Polytechnique à l’École Des Mines (1873-1878). Archives Henri Poincaré, s. d, Archives Henri Poincaré, s. d, La correspondance d'Henri Poincaré, consulté le 23 avril 2021, http://henripoincare.fr/s/correspondance/item/13944

Scan