Le sire de Fisch-ton-kan

Titre (dcterms:title)

Le sire de Fisch-ton-kan

Description (dcterms:description)

Le sire de Fisch-ton-kan était une chanson très populaire de l’époque. Celle-ci avait été écrite en 1870 par Urbain Rouccou (dit Paul Burani) sur une musique d’Antonin Louis ; elle avait été créée par Joseph Arnaud au théâtre de l’Ambigu-Comique. Cette chanson satirique parodiait de manière assez violente Napoléon III et la famille impériale, comme on peut en juger d’après le premier couplet et le refrain : « Il avait un’ moustache énorme / Un grand sabre et des croix partout, / Partout, partout ! Mais tout ça c’était pour la forme, / Et ça n’servait à rien du tout, / Rien du tout, / C’était un fameux capitaine / Qui t’nait avant tout à sa peau, / À sa peau ! / Un jour il voit qu’son sabre l’gêne, / Aux ennemis, il en fait cadeau, / Quel beau cadeau ! Refrain : V’la le sir’ de Fisch-ton-Kan / Qui s’en va-t-en guerre, / En deux temps et trois mouv’ments, / Badinguet, fisch’ton camp, / L’pèr’, la mèr’, Badingue, / À deux sous tout l’paquet, / L’pèr’, la mèr’, Badingue, / Et le p’tit Badinguet. » [R. Brécy 1991]. On notera qu’un opéra-bouffe en un acte intitulé Fisch-ton-Kan avait été composé en 1864 par Emmanuel Chabrier sur un livret de Paul Verlaine et que cette version s’inspirait d’une œuvre de Thomas Sauvage (1794-1877) et Gabriel de Lurieu (1792-1869) publiée en 1835, Fich-Tong-Khan ou l’orphelin de Tartarie [E. Chabrier & G. De Lurieu 1835].

Créateur (dcterms:creator)

Urbain Rouccou ;
Antonin Louis

Date (dcterms:date)

1870

Type (dcterms:type)

Chanson satirique