LettreHenri Poincaré à Eugénie Poincaré - 11 juillet 1878

Molde, 11/7/78

Je t’ai laissée à Jerkin1. Le 1er hôtel du monde est bien supérieur à ses congénères du Dovre. Le Snoehaetta2 est beau vu un peu avant Jerkin ; mais après on est presque aussi haut que lui et il semble tout rabougri. Coucher le soir à Dombaas ; belle vue ; de là le lendemain matin départ pour le Romsdal ; comme on m’en avait prévenu l’Obergulbrandsdal3 n’est pas beau excepté ce qu’on voit avant Jerkin immédt [immédiatement] après Dombaas. Entre Dombaas et Stueflaaten je fais connaissance d’une famille norvégienne composée de deux maris et de deux femmes. Le temps fort beau le matin se couvrait peu à peu et à peine étions nous arrivés à Stueflaaten qu’il se mit à pleuvoir. Le lendemain matin le temps s’était levé et bien que le ciel fut tout à fait couvert, les nuages devaient être très hauts car ils dépassaient les montagnes. Le même temps continua jusqu’à midi. À partir de midi il fit du soleil. Nous vîmes aussi fort bas le Romsdal. Le Romsdal comprenant fort bien qu’il ne pouvait lutter avec la Suisse pour les h. [hautes] montagnes a eu l’esprit de choisir un genre tout différent. Vers midi nous arrivâmes à l’hôtel Aak et nous en repartîmes vers 6 h pour Verblungsnaes (3/4 h environ). Verblungsnaes est une ville (de 25 maisons) très militaire et l’armée norvégienne n’a pas cessé d’y faire des démonstrn [démonstrations] jusqu’à 11 h du soir. Aujourd’hui vendredi de Verblungsnaes à Molde en bateau 6 h à midi. Il se met à pleuvoir très fort. Je continue à causer avec mes Norvégiens j’essaye aussi de causer avec le gros Monsieur de la diligence mais comme je lui dis qq [quelque] chose en Allemand il jette un regard suppliant sur son fils qui est censé savoir une masse de langues étrangères, son appel reste sans réponse. Aujourd’hui j’ai quitté mes Norvégiens pour les retrouver demain à Aalesund4. On ne m’a pas encore servi de soupe au garbure5, les menus sont peu variés mais n’offrent rien d’extraordinaire. Cp. pour la 1ère f auj. [complément pour la 1ère fois aujourd’hui] à Molde on nous sert qq [quelque] chose qui a un goût bizarre. Je fais une grimace qui fait bien rire la femme du gros M. de la diligence. Je lui demande en anglais avec quoi c’est fait et il jette sur son fils un regard suppliant q [qui] reste encore sans réponse. Mais un Écossais q était à côté de moi me dit que c’est un mélange de poisson, de sucre et de vinaigre6.

Écris à Kongsberg hôtel Scandinavian.

 


  1. Hjerkinn.

  2. Le Snøhetta est la montagne la plus haute de la région de Dovre, en Norvège. Son sommet le plus élevé culmine à 2 286 mètres.

  3. Poincaré fait ici référence à la vallée de Gudbrandsdalen qui se déploie depuis Lillehamer vers la commune de Lesja, en passant par Dombås.

  4. Ålesund est une ville portuaire située sur une grande presqu’île à environ 80 kilomètres au sud ouest de Molde.

  5. La garbure est un plat du Sud Ouest de la France, typique de la cuisine gasconne. Il s’agit d’une soupe aux choux épaisse avec des morceaux de légumes, du pain de seigle et du lard.

  6. Poincaré décrit sans doute une spécialité culinaire scandinave, le gravlaks (nom norvégien). Il s’agit d’un filet de poisson cru légèrement fermenté – généralement du saumon – mariné pendant deux ou trois jours dans du sel, du sucre et différents épices.

Titre (dcterms:title)

Henri Poincaré à Eugénie Poincaré - 11 juillet 1878

Incipit (ahpo:incipit)

Molde 11/7 78

Date (ahpo:writingDate)

1878-07-11

Expéditeur (ahpo:sentBy)

Destinataire (ahpo:sentTo)

Identifiant (dcterms:identifier)

L0303

Adresse (ahpo:destinationAddress)

Lieu (ahpo:writtenAt)

Chapitre (ahpo:publishedIn)

Lieu d’archivage (ahpo:archivedAt)

Type (ahpo:documentType)

(fr) Lettre autographe

Section (dans le livre) (ahpo:sectionNumber)

6

Droits (ahpo:rightsHolder)

Archives Henri Poincaré

Nombre de pages (ahpo:numberOfPages)

3

Noms cités dans l'apparat (ahpo:citeApparatName)

Numéro (ahpo:letterNumber)

303

Langue (ahpo:language)

fr

Éditeur (dcterms:publisher)

Laurent Rollet

Licence (dcterms:license)

« Henri Poincaré à Eugénie Poincaré - 11 Juillet 1878 ». La Correspondance De Jeunesse d’Henri Poincaré : Les années De Formation, De l’École Polytechnique à l’École Des Mines (1873-1878). Archives Henri Poincaré, s. d., Archives Henri Poincaré, s. d, La correspondance d'Henri Poincaré, accessed 20 October 2020, http://henripoincare.fr/s/correspondance/item/3668

Scan