LettreHenri Perrotin à Henri Poincaré, 04 novembre 1899

Nice, le 4 nov. 1899
Observatoire de Nice

Monsieur le Président,

Je serai heureux, pour ma part, d’être agréable au Bureau des Longitudes et à l’Observatoire de Paris en mettant à la disposition de ce dernier notre cercle portatif de Gautier.1

Reste le consentement de M. Bischoffsheim2; mais il est aisé de prévoir qu’il ne sera pas difficile à obtenir.3

J’ai relu, ces jours-ci, Votre belle Notice sur la stabilité du système solaire4 (je Vous lis quand je peux; à défaut, je tâche de me dédommager en Vous relisant).

C’était un sujet qui revenait souvent dans les entretiens si instructifs que j’avais autrefois avec mon Maître regretté, M. Tisserand5. Il pensait comme Vous, mais, avec sa timidité native, il n’aurait pas osé le dire publiquement.

Comme tout cela est vrai ! et, d’ailleurs, ne semble-t-il pas absurde, à priori, de supposer, dans la nature, des mouvements ou des vitesses uniformes, c’est-à-dire des choses qui ne changent pas ! Il en est de même de la ligne droite.

Ce sont des approximations mais rien que des approximations, commodes seulement pour la synthèse des travaux de notre esprit.

Schiaparelli peut se flatter d’avoir, par ses découvertes géniales,fait faire un pas immense à la Philosophie naturelle.6

Il y a déjà pas mal de temps que j’ai terminé la théorie de Vesta7, Vesta est le second en masse et le troisième en taille. Il tourne autour du Soleil en 3,6 années terrestres et son diamètre moyen est d’environ 52 km. Il fût la quatrième ”planète tellurique” à être découverte en 1807 (www.le-systeme-solaire.net/), mais rien ne presse pour la publier8.

Il y a d’ailleurs, dans les résidus des longitudes, quelques nombres qui ne me satisfont pas complètement. Il est vrai qu’ils rentreraient à peu près dans l’ordre si, comme l’a fait M. Leveau,9 on modifiait notablement la masse de Mars; mais, depuis sa détermination par l’observation des satellites, il semble qu’il soit bien difficile d’y toucher, en dehors de certaines limites, tout au moins.10

Veuillez agréer, Monsieur le Président, l’hommage de mon affectueux souvenir et de mon plus respectueux dévouement.

Perrotin


Apparat critique  

  1. Il s’agit d’un cercle portatif construit d’après les indications de l’astronome Maurice Loewy (1833–1907, directeur de l’observatoire de Paris) et in possession de l’Observatoire de Nice, dont Perrotin est le directeur. L’instrument fut utilisé pour déterminer la latitude du lieu dans le calcul de la différence des longitudes entre Paris-Nice, Nice-Milan et Nice-Ajaccio-Ile Rousse (1880–1889).↩︎

  2. Raphael-Louis Bischoffsheim (1822–1906), banquier, homme politique et mécène français↩︎

  3. Bischoffsheim est le fondateur de l’observatoire de Nice. A sa mort en 1906, conformèment à ses voeux, l’observatoire est légué à la Sorbonne (dossier Bischoffsheim, archives de l’Académie des sciences).↩︎

  4. H. Poincaré, ”Sur la stabilité du système solaire”,Revue scientifique, vol. 9, 1898, p. 609–613.↩︎

  5. Voir chapitre Tisserand.↩︎

  6. Perrotin semble faire référence aux observations de Virginio Schiaparelli (1835–1910) sur la planète Mars. L’astronome italien étudia la planète dans sept oppositions, dont la première date de 1877 et la septième de 1890. Il peut également se référer a la découverte de Schiaparelli d’une rotation inattendue de la planète Vénus - rotation égale à la durée de sa révolution sidèrale - et que Perrotin a confirmé en 1897 en plaçant un objectif à 2740 m au-dessus du niveau de la mer, sur le Mont Mounier (G. V. Schiaparelli, ”Le opere di Giovanni Virginio Schiaparelli pubblicate per cura della Reale Specola di Brera”, Milano, Hoepli, 1929–1943, 11 vol.; ”Rapport sur les travaux de M. Perrotin” par H. Faye, 29 mars 1897, dossier Perrotin, Archives de l’Académie des Sciences).↩︎

  7. Parmi les astéroides↩︎

  8. Perrotin se réfère à la deuxième partie de sa thèse : H. Perrotin, ”Théorie de Vesta”, Annales de l’Observatoire de Nice, vol. 3, Gauthier-Villars, 1890, 136 p. (La thèse de Perrotin, ”Théorie de Vesta”, soutenue à la Faculté des sciences de Paris, fut publiée en 1879 par Gauthier Villars).↩︎

  9. Gustave Leveau (1841–1910) fut astronome à l’Observatoire de Paris. En 1857, après des études primaires, Leveau fut admis à l’Observatoire par Urbain Le Verrier (1811–1877), qui l’employa comme secrétaire. En 1862, il fut nommé aide-astronome puis astronome adjoint en 1868. Il s’occupa de l’application des méthodes de la mécanique céleste aux orbites des planètes et à l’orbite parabolique de la comète 1869 II. Leveau a consacré la plus grande partie de ses efforts à l’étude de la comète de d’Arriest et à la théorie de Vesta. En 1892, l’Académie des Sciences lui décerna un prix Damoiseau et, en 1901, il fut nommé Chevalier de la Légion d’honneur. Il réalisa plus de 10.000 observations méridiennes et travailla également, avec l’astronome Antoine Yvon-Villarceau (1813–1883), aux calculs de comparaison de la règle géodésique espagnole (B. Baillaud, ”Rapport annuel sur l’état de l’Observatoire de Paris pour l’année 1910”, Paris, Imprimerie nationale, 1911, p. 7-8).↩︎

  10. Sur cette question Perrotin a publié dans les Comptes rendus de l’Académie des Sciences : ”Observation des canaux de Mars”, t. CVI, 1886, p. 1393 ; ”Sur la planète Mars”, t. CVI, 1886, p. 1718; ”Sur la planète Mars”, t. CVII, 1886, p. 161 et p. 469 ; ”Observations sur la planète Mars (protubérances lumineuses”, t. CXV, 1886, p. 379.↩︎

Titre (dcterms:title)

Henri Perrotin à Henri Poincaré, 04 novembre 1899

Incipit (ahpo:incipit)

Je serai heureux, pour ma part, d'être agréable ...

Date (ahpo:writingDate)

1899-11-04

Expéditeur (ahpo:sentBy)

Destinataire (ahpo:sentTo)

Adresse (ahpo:destinationAddress)

Lieu (ahpo:writtenAt)

Chapitre (ahpo:publishedIn)

Lieu d’archivage (ahpo:archivedAt)

Type (ahpo:documentType)

(fr) Lettre autographe signée

Section (dans le livre) (ahpo:sectionNumber)

1

Identifiant dans les archives locales (ahpo:identifierInLocalArchives)

CD n° 165

Droits (ahpo:rightsHolder)

Archives Henri Poincaré

Nombre de pages (ahpo:numberOfPages)

4

Langue (ahpo:language)

fr

Éditeur (dcterms:publisher)

Licence (dcterms:license)

« Henri Perrotin à Henri Poincaré, 04 Novembre 1899 ». La Correspondance Entre Henri Poincaré, Les Astronomes Et Les géodésiens. Archives Henri Poincaré, s. d., Archives Henri Poincaré, s. d, La correspondance d'Henri Poincaré, accessed 31 October 2020, http://henripoincare.fr/s/correspondance/item/7277

Scan