LettreHenri Poincaré à Eugénie Poincaré - 15 août 1878

 

En chemin de fer 12 Août

 

Ces Norvégiens ont un toupet incroyable, n’ont-ils pas mis dans ce train un wagon à double suspension sans doute pour faire croire aux naïfs que leurs trains vont qqf [quelquefois] vite.

Il est vrai qu’il y a les [1 mot illisible] longues d’ingénieurs [1 mot illisible] et qu’on a sans doute voulu [agrandir ?] leur [1 mot illisible].

D’ailleurs ils ont réussi car bientôt des attroupements de gens décorés se forment.

Stockholmer Dagbladet
Dernières nouvelles Upsala
13 Août 3 heures du soir

Le grand empereur de Scandinavie et le roi de Georgie1 après une promenade triomphale à travers la Dalécarlie sont venus chanter un Te Deum à la cathédrale d’Upsal.

Upsala 13 Août
1 heure soir

Leur allié un peu carabinieroïde a profité de son séjour à Upsal pour aller de son côté chanter un Te Deum anticipé dans ladite cathédrale. Il espérait toujours que la voix de ses puissants alliés se joindrait à la sienne. Mais en vain ; il n’était accompagné que du sacristain very gentleman like mais susceptible d’accepter ses pourboires et du bibliothécaire qui profitait de l’occasion pour s’exercer à parler français. Cet exercice lui sera salutaire ; car il ne possède de cette langue qu’une connaissance un peu superficielle.

Upsala 13 Août
5 heures soir

L’entrevue des 3 alliés a été des plus cordiales. Elle a eu lieu à la gare. Un accord complet s’est établi entre les 3 puissances.

Stockholm 13 Août
7 heures soir

Les 3 alliés ont fait leur entrée dans la capitale de la Scandinavie. Elle s’était pavoisée pour les recevoir. Une grande corde pendant en chaîne en travers du pont je ne sais quoi portait des drapeaux de toutes les couleurs.

Nous ne pouvons toujours donner à nos lecteurs de détails sur la grande expédition dans le Nord projetée par M. le Docteur Poincaré2. Nous espérons toutefois que nous ne tarderons pas à en recevoir et que nous pourrons satisfaire complètement la légitime curiosité de nos abonnés.

Pour toute communication s’adresser à Stockholm
Hôtel Rydberg

L’armée de H XXI, une fois sa mobilisation terminée ne perdit pas de temps. Partie vers 1 heure de Christiania elle était vers 6 heures du matin à Stockholm. Une reconnaissance fut immédiatement commencée. Un habitant, surpris en déshabillé, donna des renseignements qui firent supposer que l’empereur de Scandinavie devait être à Upsal. À 11 heures, H XXI était dans cette ville. De nombreuses reconnaissances faites de tous les côtés démontrèrent que non seulement Balthasar n’était pas à Upsal ; mais qu’il n’y avait jamais été. En effet Balthasar II ne débarqua à Upsal qu’à 2 heures et la jonction ne put s’effectuer qu’à 5 heures au moment de la retraite sur Stockholm.

Les habitants d’Upsal sont renommés pour leur urbanité. Ils sont parfaitement à la hauteur de leur réputation. Un de nos reporters qui s’était dirigé sur cette ville pour assister à l’entrevue des 3 alliés, y a reçu le plus bienveillant accueil de la part de différents étudiants qui paraissaient régner en maîtres les uns sur la bibliothèque, les autres sur les collections de minéralogie. C’est ainsi qu’il put voir des pierres runiques, la statue de Linné et la cathédrale dont d’ailleurs le sacristain lui a fait les honneurs de la meilleure grâce du monde.


 

 

– Notes –

1 Voir la lettre précédente.

2 Il est ici question du père de Poincaré et du projet de voyage en Scandinavie de celui-ci. Voir les lettres précédentes ainsi que la lettre suivante qui concerne l’abandon du projet.

 

Titre
Henri Poincaré à Eugénie Poincaré - 15 août 1878
Incipit
En chemin de fer 12 août.
Date
1878-08-15
Identifiant
L0314
Adresse
Nancy
Sujet
fr Voyage d’étude en Norvège et en Suède (1878)
Lieu d’archivage
Private collection 75017
Type
fr Lettre autographe
Section (dans le livre)
6
Droits
Archives Henri Poincaré
Nombre de pages
3
Noms cités dans l'apparat
Poincaré, Émile-Léon (1828-1892)
Numéro
314
Langue
fr
Éditeur
Archives Henri Poincaré
Laurent Rollet
Licence
CC BY-ND 4.0

« Henri Poincaré à Eugénie Poincaré - 15 août 1878 ». La Correspondance De Jeunesse d’Henri Poincaré : Les années De Formation, De l’École Polytechnique à l’École Des Mines (1873-1878). Archives Henri Poincaré, s. d, Archives Henri Poincaré, s. d, La correspondance d'Henri Poincaré, consulté le 12 juillet 2024, https://henripoincare.fr/s/Correspondance/item/3993